Voir Diaporama dans Albums Photos (recherche par ordre alphabétique) : ARTENARA

Je vous invite à ouvrir les photos 1 et 2 du diaporama, donnant la carte avec les repères géographiques précisés dans mon texte.Aujourd’hui je vous emmène visiter ARTENARA, au centre de l’île et à la croisée des chemins menant à TEJEDA et LA ALDEA.

13 ARTENARA

Je m’arrête à l’entrée du village au mirador de LA ATALAYA (rep.13). Depuis cet emplacement j’ai la vue sur le village et l’église SAN MATIAS. A l’ouest s’élève le sommet de LA CILLA (rep.18) sur lequel est érigée la statue, en pierre reconstituée de couleur blanche, DEL SAGRADO CORAZÓN DE JESÚS, œuvre de 1996 du sculpteur canarien José Luis Marrero Cabrera. Plus loin les montagnes de TAMADABA sont recouvertes des pins canariens endémiques. Derrière ces montagnes j’aperçois le cône du mont TEIDE sur l’île de TENERIFE. Quelles beautés naturelles sont offertes aux visiteurs avec un superbe ciel ensoleillé.

 

 

 

 

 

 

 

03 ARTENARA

ARTENARA est le village le plus élevé de l’île de Gran Canaria. Il est à une altitude de 1270 mètres et compte 1100 habitants dont 500 vivent en permanence au village. Le mirador de LA ATALAYA est ornementé d’une sculpture en acier, baptisée Foresta y Protego, réalisée par Máximo Riol Cimas, et dédiée aux travailleurs du milieu environnemental et de la protection de la nature. ARTENARA, accroché à la montagne, est une succession de balcons naturels offrant aux visiteurs des paysages totalement différents.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

16 ARTENARA

Je descends vers le village et m’arrête quelques minutes au mirador de LA SOLANITA (rep.12). J’en profite pour boire un café au bar situé face au mirador. De ce point de vue le paysage reste identique à celui de LA ATALAYA sauf que je découvre que sous le sommet de la montagne de LA CILLA se situe l’entrée du tunnel qui mène au restaurant mirador.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

19 ARTENARA

Je continue mon chemin vers la rue principale. A son embouchure, dans le virage de la route, siège une statue avant-gardiste d’un coureur cycliste. L’œuvre est posée sous l’ombrage d’un magnifique dragonnier. Cette statue de 2015, du sculpteur Manolo González, rend hommage au cyclisme de Gran Canaria dont ARTENARA abrite LA ERMITA DE LA VIRGEN DE LA CUEVITA (l’ermitage de la Vierge de la Grotte) patronne des cyclistes de Gran Canaria. Chaque année des milliers de cyclistes se retrouvent le dernier dimanche d’août à ARTENARA pour célébrer leur Sainte Patronne.

 

 

 

 

 

 

 

23 ARTENARA

Je descends la rue qui mène au centre du village et j’arrive sur la place centrale. A ma droite siège l’église de SAN MATIAS. L’église actuelle fut construite en 1865 sur l’emplacement d’une ancienne chapelle franciscaine édifiée au début du 17e siècle. Ce n’est qu’en 1957 que furent construites les deux tours. La décoration intérieure date de 1962 avec principalement l’embellissement des plafonds des trois nefs par un ornement en bois. Mon attention est également attirée par le sol qui est entièrement parqueté, ce qui est pour moi une nouveauté. C’est la première église possédant un parquet que je visite. Les peintures murales du fond des trois nefs furent exécutées par le peintre canarien José Arencibia Gil. Contrairement à de nombreuses œuvres murales peintes a fresco, elles furent réalisées sur toile. Ceci afin d’éviter la détérioration dans le temps des peintures par les traversées murales d’humidité. Le bois se partage la décoration avec la pierre. Les murs sont habillés en partie basse par un parement d’ébénisterie. Au dessus des cimaises murales des deux nefs latérales sont disposés les tableaux, en bois sculpté, représentant les XIV stations de Jésus-Christ. Les murs sont peints en blancs. Quelques tableaux y sont accrochés. Plusieurs statues composent également la décoration murale de l’église. Elles sont posées sur des consoles en bois et la partie murale, derrière chaque statue, est tapissée d’un tissu rouge ocre agrémenté de motifs plus foncés. L’ensemble de la décoration donne une sensation de simplicité, de chaleur et de calme propice au recueillement.

 

45 ARTENARA

Je sors de l’église et suis attiré par la musique folklorique qui émane du chapiteau adossé à l’église et abritant le marché artisanal du samedi. Je reste quelques minutes à écouter le groupe musical et ses chanteurs.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

58 ARTENARA

Je reprends mon chemin de visite en direction du MIRADOR DE ANUMO (rep.19). De ce mirador se déploie à mes yeux la chaîne des pics volcaniques de l’île. A gauche ROQUE NUBLO, devant moi BENTAYGA qui surplombe le village de TEJEDA et ensuite alignés en direction de l’ouest une série de pics en direction du mont TEIDE, sur l’île de TENERIFE. Tous ces pics de basalte sont les témoins pétrifiés des puits de lave et restent érigés après l’action de l’érosion qui a fait disparaître les roches tendres des montagnes dans lesquelles ils se sont figés. J’imagine et visualise parfaitement le paysage tel qu’il fut il y a plusieurs millions d’années. Une ligne de feu s’agitant dans une marmite bouillonnante de lave. Ce passé    agité et tumultueux offre au présent une beauté visuelle et une douceur de vivre.

 

 

 

68 ARTENARA

Je continue en direction des habitations troglodytes. De nombreuses grottes (cuevas) sont toujours habitées, mais leur ouverture est fermée avec une façade construite en avancée de maison et une toiture. Je vais visiter une habitation troglodyte conservée en l’état et transformée en musée. J’arrive à la grotte musée ethnographique de ARTENARA (rep.20). C’est un lieu à visiter absolument. Il fut habité par une famille, avec 13 enfants, jusqu’au début des années 1960. L’ensemble de l’habitation, constituée de 7 grottes, fut acheté en 1962 par une personne qui voulait garder cette propriété pour sauvegarder ce patrimoine historique. Par la suite la municipalité de ARTENARA en fit l’acquisition et dédia les grottes au musée ethnographique. La visite permet de découvrir un mode de vie dans ce type d’habitat. J’aurais aimé prendre des photos mais les volumes sont réduits et les visiteurs nombreux. Je vous invite à les visiter au travers de photos et vidéos dédiées à ces grottes. Il suffit sur votre moteur de recherche d´écrire ‘’ museo etnografico casas cuevas de artenara ‘’ et de nombreux sites web vous permettront de découvrir l’intérieur de ces habitations avec leur mobilier.

 

 

 

66 ARTENARA

80 ARTENARA

Je retourne vers le centre du village que je traverse pour me diriger vers le restaurant de LA CILLA (rep.18). L’accès au restaurant se fait par un tunnel de 80 m de long, permettant de passer de l’autre côté de la montagne, au sommet de laquelle siège la statue DEL SAGRADO CORAZÓN DE JESUS (rep.7). Depuis le restaurant la vue sur la vallée et les montagnes est très différente. Depuis ce mirador je vois la totalité du village de TEJEDA.Voir mon article du 17/04/2017   TEJEDA (île de Gran Canaria)

Les contours de ARTENARA méritent leur appellation de balcons. Je profite de la vue et également d’un excellent déjeuner composé de spécialités culinaires canariennes.

 

 

 

 

 

85 ARTENARA

Le déjeuner achevé je constate que l’après-midi est bien avancé. Mais je tiens à visiter la grotte de la vierge. Je retourne au centre du village et suis le chemin indiqué par les panneaux de signalisation pour rejoindre le SANTUARIO VIRGEN DE LA CUEVITA (rep.22). Le chemin grimpe fortement et sur une distance d’environ 700m. Je recommande l’usage de la voiture pour les personnes ayant des difficultés pour marcher. Je peine quelque peu pour cette ascension, surtout en pleine digestion. Mais l’effort est récompensé. Je pénètre dans la chapelle en empruntant la porte en forme d’arche. L’intérieur du sanctuaire fut construit taillé dans la roche. A gauche en entrant est situé le confessionnal taillé à même le rocher. Au fond de la cavité, à gauche, se trouve le prêchoir. L’autel et son pupitre, sur sa droite, sont disposés dans le chœur de la chapelle. Derrière l’autel est disposé le tabernacle avec le dais d’exposition de la vierge. A son côté est posé le fauteuil du prêtre. Au fond à droite est placé la croix également dans un dais de pierre. Tout l’ensemble du mobilier a été taillé à même la roche, mais la couleur rose de la pierre donne une sensation de chaleur. Dans les murs latéraux sont gravées les stations de Jésus-Christ. Le sanctuaire est décoré de nombreux bouquets fleuris, témoins de la dévotion des fidèles à la VIRGEN DE LA CUEVITA. Cette grotte chapelle fut le lieu de culte de ARTENARA jusqu’à la construction de l’église de SAN MATIAS.

Ma visite est terminée. Je reprends la route pour retourner à mon domicile après une longue journée de visite dans ce village.

51 ARTENARA

 

© Copyright 2017 Richard SANDER