Voir Diaporama dans Albums Photos : TEROR BASILIQUE

AA

Après un excellent déjeuner dans un restaurant canarien du quartier historique de Teror, cet après-midi je vous emmène visiter la basilique de Teror.

Le premier lieu de culte fut construit en1514 à proximité du pin où apparu la Vierge aux habitants en 1481. Le pin fut détruit en 1684 par la foudre. En son lieu actuel est érigé une colonne surmontée d’une croix. La basilique présente une architecture épurée mais harmonieuse. Sur la plaque commémorative de la façade, à gauche du portail d’entrée, je lis que le 29 octobre 1934 le Cardinal Eugenio Pacelli, futur Pape Pie XII, a visité la basilique.

La basilique est flanquée à sa gauche d’une tour en pierre de taille jaune contrastant avec l’architecture de la façade en pierre de taille grise. Le terrain du quartier historique est instable. Cela explique pourquoi les plus anciennes maisons autour de la basilique sont bancales. La première chapelle construite en 1514 n’a pas résisté et une deuxième église fut construite à son emplacement en 1600. En 1708 la tour jaune était achevée de construction. Mais cette seconde église n’a pas résisté aux mouvements de terrain et elle fut détruite à l’exception de la tour jaune. En 1767 fin de construction de la troisième église avec conservation et intégration de la tour au nouvel édifice. Une vingtaine d’années après son inauguration des rénovations importantes sont nécessaires car le terrain argileux soumet la construction à ses caprices. Au début des années 1800 il est question de détruire une nouvelle fois l’église, projet refusé par la population. En 1810 achèvement final de l’ouvrage de culte. Au cours des 19e et 20e siècles le bâtiment recevra de nombreuses restaurations dont modification de la façade. Finalement dans la période des années 1960, seront injectées des centaines de tonnes de béton, pour créer un socle stable, dans les fondements du terrain supportant le bâtiment. En 1916 l’église est proclamée Basilique.

ALL’intérieur de la basilique est très beau avec une chaire de style baroque dans la nef principale, laquelle est bordée par deux autres nefs de tailles plus réduites. Au-dessus des trois autels et sur leur côté sont disposés cinq retables de style baroque. Dans la partie supérieure du retable de la nef principale une ouverture vitrée permet de voir la Vierge et l’enfant. Lors du pèlerinage annuel du 8 septembre la Vierge est descendue dans l’église pour être exposée. Lors des processions religieuses du pèlerinage elle défile dans les rues de Teror, portée par les paroissiens. Les colonnes sont en pierre de taille grise tandis que les voûtes de support du toit, qui sont en appui sur les colonnes, sont en pierre de taille jaune. Les plafonds sont en bois. Les fenêtres sont habillées de vitraux exposant des personnages et des décors aux couleurs harmonieuses. En sortant je regarde avec admiration les portes sculptées qui donnent accès à la basilique.

 

 

 

 

BHSorti de la Basilique je fais le tour du bâtiment pour accéder, par la façade arrière, au musée des Arts Sacrés situé à l’étage. Le palier supérieur est occupé par la boutique de vente des objets religieux. Depuis ce palier j’accède aux deux salles du musée. Je rentre dans celle de gauche où la Vierge et l’Enfant sont exposés dans un fauteuil à baldaquin en argent. Ils sont habillés dans des vêtements lumineux et richement brodés. C’est la scène que nous voyons depuis l’église par l’ouverture du retable.  Le tour de la pièce est aménagé de vitrines contenant les ex-voto.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

BE

La seconde salle est occupée par d’autres vitrines contenant les séries d’habits, depuis les premières créations vestimentaires, de la Vierge et l’Enfant. Au fond à gauche est présentée une croix en bois protégée par un caisson vitré. Cette croix a été créée dans la masse du pin dans lequel est apparue la Vierge en 1481.   

© Copyright 2017 Richard SANDER