Diaporama dans albums photos : TEROR QUARTIER HISTORIQUE

5

Teror est l’une des plus importantes villes de Gran Canaria. C’est une ville d’intérêt économique et religieux. Teror est construite à mi-hauteur de montagne au nord de l’île. Elle est distante de 21 km de Las Palmas. Son accès en voiture est très facile.

Je gare ma voiture dans le parking municipal situé au sud de la ville. A la sortie du parking je me trouve sur une immense place de marché. Depuis cette place j’aperçois l’arrière de la basilique vers laquelle je me dirige. Je contourne la basilique et accède à la place principale de Teror, Plaza del Pino. Les maisons qui entourent la place sont superbes et très anciennes. Je traverse la place pour me diriger vers la rue du quartier historique, la Calle Real. Je suis au point bas de la rue Calle Real et les maisons, qui longent chaque côté de cette rue, sont magnifiques. Aucun bâtiment n’est identique à un autre. Ce qui attire mon regard en premier est la quantité de balcons canariens qui ornent les maisons. Ensuite se sont les couleurs variées des façades qui me ravissent. Je m’arrête pratiquement devant chaque maison pour les photographier. Je remonte ainsi toute la rue. Arrivé à son terme je fait demi-tour pour revenir vers la Plaza del Pino. Cette rue principale ainsi que les alentours de la basilique et la place du parking sont le lieu du marché dominical. C’est un marché très fréquenté. Teror est une région agricole, d’élevage et d’artisanat.

 

A

Arrivé à Plaza del Pino je continue ma promenade en descendant sur la gauche. De l’autre côté de la place je découvre une petite place avec des jardinières, de la pelouse, une fontaine et des bancs de pierre. Au fond de cet espace s’érige un mur d’ermitage avec en modénature la sculpture d’un pin, surplombant une fontaine. Il représente le Pin de l’apparition de la vierge, symbole de Teror. Au- dessus de la modénature est écrit le nom de la place : « Plaza Teresa de Bolivar ». Teresa de Bolivar fut l’épouse de Simon Bolivar. Elle est l’arrière petite fille de Juan Bernardo Rodríguez del Toro, né à Teror au 17e siècle, et qui s’installa au Venezuela.

 

 

 

 

 

 

 

B

Je quitte la place et continue mon chemin à gauche dans la ruelle. Quelques mètres plus bas je croise une autre ruelle étroite. Je suis attiré par l’aspect des maisons à droite du croisement. Les bâtiments de cette rue sont très vieux, pour certains à l’abandon. Nous sommes à l’opposé des richesses architecturales de la Calle Real. Mais ces bâtiments possèdent une authenticité canarienne. Les maisons sont d’un seul niveau, parfois deux, comme le sont traditionnellement les maisons de l’île. Qui plus est, j’ai le bonheur de découvrir un vrai balcon canarien datant de plus d’un siècle. Il est en piteux état mais il est d’origine. En effet les balcons richement ouvragés de la rue principale sont beaucoup plus récents. Ils datent des années 1930 à 1950 et ont été rajoutés aux façades des bâtiments datant des 17e et 18e siècles. De plus les balcons canariens de la Calle Real sont surmontés d’une toiture comprenant 2 ou 3 épaisseurs de rangées de tuiles, ce qui ne correspond pas au véritable balcon canarien en bois. Le balcon canarien est normalement de construction très épurée, voir spartiate, avec un toit d’une seule épaisseur de bois.

 

 

 

F

Je continue ma promenade et 50 mètres plus loin je remonte à droite, vers la basilique en empruntant une ruelle encore plus étroite.J’arrive à la basilique que je contourne par l’arrière et je débouche devant le bâtiment de la mairie « Edificio del Ayuntamiento ». Là encore un beau bâtiment avec une architecture élégante. Les côtés de l’édifice sont flanqués de tours carrées. Les façades quand à elles sont ornées de beaux balcons canariens. Le fronton principal est surplombé en modénature de l’écusson des armes de la ville de Teror.

 

 

 

 

 

 

 

 

G

Il est l’heure de déjeuner et me dirige dans une rue latérale ou je sais que je dégusterai, dans un restaurant canarien, un succulent Chorizo de Teror flambé. Voir article CHORIZO DE TEROR (île de Gran Canaria)

Je poursuivrai cet après-midi ma promenade par la visite de la Basilique. En attendant je vous invite à effectuer la visite au travers du diaporama TEROR QUARTIER HISTORIQUE

 

© Copyright 2017 Richard SANDER